BASE DE CONNAISSANCE

Le tartre dentaire

11Le tartre est responsable des maladie parodontales.Le tartre se forme prioritairement au niveau de la face linguale (du côté de la langue) des incisives inférieures, en effet, la salive de la glande submandibulaire contient une concentration importante de calcium, facilitant la minéralisation. On peut l’observer sur la face vestibulaire (du côté de la joue) des première molaires supérieures. Il se dépose plus rarement ailleurs, mais on peut parfois en observer sur toutes les dents en cas de mauvaise hygiène bucco-dentaire.

Il se forme plus ou moins vite selon les individus, en fonction de différents facteurs .

Le tartre peut se déposer sur toute la surface des dents. On distingue :

  • le tartre supra-gingival : c’est celui qu’on peut voir à l’œil nu. Il est généralement de couleur blanchâtre

  • le tartre sous-gingival : c’est le tartre qui s’est déposé sur la racine de la dent, à l’abri de la gencive, au niveau des poches parodontales. Il est souvent beaucoup plus foncé. Ce tartre est le plus dommageable : les bactéries sont protégées à l’intérieur de la poche, et progressivement la flore aerobie se transforme en flore anaérobie, plus pathogene. Par ailleurs, comme on ne le voit pas, on ne s’en rend pas compte.

Traitement:

Ce soin est pratiqué avec les ultra-sons, combinés avec une irrigation d’eau produisant un phénomène mécanique capable de disloquer le tartre et autres debris en utilisant le principe de la vibration à haute fréquence. Ils sont sans danger pour l’émail et se contentent d’agir sur toutes les matières adhérant aux dents. La plupart du temps, ce soin est indolore; il arrive cependant que des sensibilités apparaissent lorsque les dents sont déchaussées. Certains patients atteints de pathologies bien spécifiques ont besoin d’un traitement antibiotique ou d’un traitement local d’un mois à base de pâte de mons (eau oxygénée , bicarbonate), avant tout détartrage. En effet, le passage de micro-organismes dans la circulation sanguine et peut avoir de fâcheuses conséquences sur l’état de santé général dans certains cas ( Rhumatisme articulaire aigu, endocardite d’osler) .

Les dentifrices anti-tartre peuvent être utiles pour les personnes chez qui le tartre tend à se former rapidement. Certaines personnes peuvent se faire recommander l’usage quotidien d’un rince-bouche antimicrobien afin d’éliminer plus efficacement les bactéries buccales.

Le scellement des sillons

Principal problème de notre santé dentaire : les caries. Peu de gens savent qu’ils peuvent avoir recours à un traitement préventif pour éviter l’apparition des caries.

La méthode est simple et fiable. La plupart des caries naissant au niveau des sillons, la solution consiste en fait à recouvrir lesdits sillons d’une résine protectrice. Cela empêche le développement des bactéries à ces endroits que notre brosse à dents atteint difficilement. Quoi de plus simple ? Mais encore fallait-il y penser… Le scellement des sillons, fort de son expérience de plus de vingt ans, a largement fait ses preuves. Cette technique tout à fait indolore ne nécessite ni anesthésie ni intervention longue. Après nettoyage de la dent à traiter, le ciment de scellement (une résine de la couleur de la dent) est simplement déposé à la surface du sillon. Un peu comme une couche de vernis protecteur.

64Cette méthode préventive s’applique bien sûr en priorité chez les jeunes enfants, à un âge où l’on est particulièrement sujet au risque carieux. A partir de 6 ans, après l’apparition de la première molaire définitive et à partir de 12 ans après l’apparition des deuxièmes molaires définitives. C’est aussi un bon moyen de protéger durablement les nouvelles dents, après la chute des dents de lait. Mais le scellement des sillons est aussi valable pour les adolescents et les adultes, à partir du moment où la dent à protéger est parfaitement saine.

Le chirurgien-dentiste pourra ainsi vérifier que le sillon est sain et ne présente pas de carie. Il pourra éventuellement affiner son diagnostic à l’aide d’une radiographie.

Ensuite, si tout est en ordre, le scellement des sillons sera réalisé au cours de la séance suivante. Isolation et nettoyage préalable de la dent, application d’un gel de préparation destiné à mieux accrocher la résine et, enfin, pose du ciment de scellement. Les dents sont protégées contre les caries .

La résine composite ou le plombage blanc

tömésLa résine composite est un matériau esthétique qui sert à restaurer les dents antérieures et postérieures.  Elle est principalement composée d’un polymère (plastique) et de particules inertes très dures et très petites.La résine composite est indiquée pour remplacer des restaurations défectueuses et pour restaurer une partie de la dent détruite par une carie de petite ou moyenne dimension. Elle résiste bien à la fracture et à l’usure et peut durer plusieurs années.Elle peut également servir à modifier l’apparence de vos dents.

La résine composite est offerte en plusieurs teintes proches des différentes couleurs des dents donc elle est très esthétique.  De plus la cavité préparée par le dentiste est souvent plus petite que pour un amalgame, cela permet de conserver un maximum de dent saine.

Le protocole opératoire exige une grande rigueur : Les cavités doivent être parfaitement sèches, dégraissées, avant la pose et le collage du composite. Dans un travail en bouche, avec la présence de salive et le flux respiratoire, ces conditions sont relativement difficiles à obtenir.

Avantages et inconvénients.

Les matériaux composites existent dans une grande variété de teintes ce qui permet d’obtenir des résultats esthétiques remarquables, surtout avec les composites de dernière génération qui autorisent un « glaçage » de la surface par polissage fin.
Le fait qu’ils soient mis en place par collage permet, lors de la préparation de la cavité, de réaliser une économie de tissu dentaire en se limitant à l’exérèse de la seule partie cariée. D’autre part, cela permet également de procéder à des reconstitutions de petits angles par exemple, qui seraient impossibles en amalgame, et qui nécessiteraient, autrement, des solutions prothétiques beaucoup plus onéreuses.
Les composites sont, malgré les évolutions incessantes, beaucoup plus sensibles à l’abrasion que l’amalgame. Ils sont également moins résistants à la pression, et ce même s’il existe des composites spécifiques pour les dents à surface travaillante occlusale (prémolaires et molaires) pour lesquels les qualités esthétiques laissent place aux qualités mécaniques.
Le soin extrême qui devrait être apporté à la réalisation et à la mise en place de ces reconstitutions fait qu’il faudrait les réserver aux patients et aux praticiens très motivés pour que toutes les qualités des matériaux subsistent : hygiène, technique opératoire font que les composites ont une durée de vie qui varie, en fonction des différents produits entre 5 et 10 à 15 ans.

Erosion dentaire et restauration esthétique

L’érosion dentaire est un problème majeur avec des degrés d’atteinte plus ou moins importants. Les corrections de ce type de pathologie peuvent aller de la simple restauration composite à la restauration globale d’un maxillaire entier.

Inlay, onlay

dental-inlays-and-onlay

Les inlays et les onlays sont des alternatives aux plombages ou aux résines de volume important, et permettent parfois d’éviter une prothèse nécessitant une préparation plus importante de la dent.

La résistance mécanique des inlays et des onlays est bien meilleure que celle des plombages dentaires et des résines réalisés directement au cabinet par les techniques classiques. Par ailleurs, les inlays et les onlays permettent d’obtenir un joint de meilleure qualité qu’avec une obturation classique. On augmente ainsi la fiabilité du point de contact avec les dents adjacentes, ce qui permet de réduire le risque de reprise de carie et les problèmes d’inflammation gingivale. Dans le cas de caries de volume important, la réalisation d’un inlay ou d’un onlay permet souvent d’éviter de réaliser une couronne dentaire qui entraînerait un délabrement plus important de votre dent.

Pour des questions de résistance mécanique, les inlays et onlays étaient réalisés systématiquement en métal. L’on peut maintenant fabriquer des inlays et des onlays très esthétiques, en résine composite ou en céramique, qui reproduisent de façon exacte la teinte et la forme de vos dents.

Technique de réalisation :

Première séance : la dent est préparée en nettoyant la carie et en taillant une cavité qui accueillera :

  • L’inlay lorsque la cavité se trouve à l’intérieur des parois de la dent
  • L’onlay lorsque la cavité englobe une ou plusieurs parois.

Une empreinte dentaire est ensuite réalisée et envoyée au laboratoire avec les références de teinte. L’inlay (ou l’onlay) sera fabriqué en un monobloc qui s’insère parfaitement dans la cavité comme un morceau de puzzle.

Deuxième séance : l’inlay est posé et collé dans la cavité de la dent. Contrairement aux obturations classiques, les inlays/onlays n’exercent pas de pressions sur les parois dentaires restantes (risque de fracture).

L’adhésion chimique aux parois dentaires consolide l’ensemble et assure une meilleure étanchéité qui bloque toute infiltration bactérienne.

Traitement endodontique

untitled30

Le traitement endodontique consiste à :

  • éliminer ce qui reste de tissus vivants infectés ou potentiellement infectés à l’intérieur de la dent /pulpe dentaire/
  • bien nettoyer l’intérieur de cette dent, par une action mécanique : grattage de la surface intérieure des canaux pulpaires (à l’aide de limes endodontiques manuelles ou mécaniques), associée à une action chimique : irrigation avec de l’hypochlorite de sodium (eau de Javel diluée à 3 %), qui est le désinfectant le plus efficace.
  • mettre en forme la lumière canalaire jusqu’au foramen apical, à l’aide de limes manuelles ou de limes mécanisées afin que la solution d’irrigation pénètre partout.
  • sécher le système canalaire
  • réaliser l’obturation canalaire, le plus souvent à l’aide de gutta-percha chauffée ou froide, liée aux parois dentinaires avec un ciment canalaire (le plus souvent un mélange d’oxyde de zinc et d’idothymol, appelé pâtes de Roy).

Pour cela le dentiste réalise généralement une anesthésie locale, pour que le geste ne soit pas douloureux (la dent, même partiellement nécrosée, restant généralement sensible). Une ouverture adéquate est réalisée au niveau de la face occlusale de la dent, pour accéder à la pulpe camérale et radiculaire.

Ensuite il faudra reconstituer la dent, soit avec une obturation coronaire si cette dent n’est pas trop délabrée, soit par une reconstitution prothétique (couronne) si elle est trop délabrée, afin d’assurer l’étanchéité du traitement et éviter que la racine ne soit recolonisée par les bactéries.

Symptomes:

Des stimuli tels que le chaud et le froid entraînent des changements vasculaires (hyperémie). Quel que soit le stimulus, la pulpe réagit au niveau vasculaire et cellulaire. Un stimulus bref et pas trop important entraîne des changements vasculaires éphémères, réversibles. Le degré de réponse pulpaire augmente proportionnellement au stimulus. Les stimuli n’entraînent pas toujours de douleur ; les réactions sont souvent asymptomatiques.

Une pulpe qui a subi une altération au-delà de son potentiel réparateur ne peut plus cicatriser, même si le stimulus disparaît. Par ailleurs dès que des bactéries atteignent le tissu pulpaire, la pathologie devient irréversible. Symptômes : douleurs spontanées amplifiées par la position allongée, douleurs nocturnes, pulsatiles. Les douleurs peuvent durer très longtemps et ne pas céder aux antalgiques ni aux anti-inflammatoires.

Inlay-core – le faux moignon

L’inlay-core est employe lorsqu’une dent a ete detruite par une carie ou elle a ete endommagee suite a un accident. L’intervention chirurgicale a comme but de sauver votre dent. Celle-ci va etre devitalisee et une couronne sera mise au-dessous pour la proteger et pour lui redonner son aspect. Le faux-moignon est une piece en metal faite par le technicien dentaire d’apres l’empreinte du dentiste.

L’inlay-core est compose de deux sections : une partie representee par un ou plusieurs  pivots qui se figent dans la racine de la dent pour une meilleure stabilite de celle-ci et un moignon sur lequel la couronne provisoire et ensuite la couronne definitive seront placees.
Comme la couronne ou le bridge dentaire, le faux moignon est une alternative de prothese. Si une couronne dentaire ne peut pas etre placee sur la dent, on reccourt a la reconstruction de la dent a l’aide de l’inlay-core.
Au cas ou la dent a ete soumise a une grosse carie et seulement une petite partie de la dent est restee en place, l’inlay-core va pouvoir reparer la partie qui manque afin de poser la couronne dentaire au-dessous. Deux ou trois visites sont a prevoir pour la pose du faux-moignon.
La premiere etape c’est de preparer la dent. Ensuite, le dentiste prendra des empreintes pour le moignon et pour le canal radiculaire qui seront transmises chez le technicien dentaire. La preparation de l’inlay-core et la pose du faux moignon sont les deux etapes suivantes. Le faux moignon peut etre realise en or, en métal semi-précieux ou en nickel-chrome ce qui peut augmenter ou baisser le prix de l’intervention.
En ce qui concerne le remboursement, la sécurité sociale rembourse 70 % du prix de l’operation. La prise en charge varie en fonction du métal choisi pour la fabrication de l’inlay-core ou les matériels employés pour la realisation de la couronne.

Mais, pour vous donner des prix exacts, nous vous recommendons de nous envoyer une radiographie panoramique ou de vous rendre en consultation chez nous pour vous faire un devis. Une partie des frais non prises en charge par la Securite Sociale sera remboursee par votre Mutuelle. Avec une bonne Mutuelle, vos depenses seront tres bien remboursees.

Facettes  dentaires

hélykerámia 2Les facettes sont de minces coquilles qui couvrent le devant des dents. Elles sont utilisées pour restaurer les dents tachées, décolorées, déformées ou légèrement détériorées par l’usure. Les facettes étant surtout placées sur les dents de devant, elles corrigent donc le contour, la couleur et les dimensions des dents pour améliorer l’apparence du sourire.

Les matériaux utilisés pour fabriquer les facettes dentaires sont principalement la porcelaine et le composite. Une facette en composite peut être produite de façon directe, c’est-à-dire que le dentiste la construit directement sur la dent, ou de façon indirecte, à l’extérieur de la bouche, généralement dans un laboratoire dentaire. En contraste, les facettes en porcelaine sont produites de façon indirecte seulement. La porcelaine est plus esthétique et résiste mieux aux taches alimentaires que les facettes en composite.

Lorsqu’une facette est fabriquée de façon directe, le ou la dentiste restaure la dent directement dans la bouche. La façon indirecte nécessite généralement deux rendez-vous, puisque la facette est fabriquée dans un laboratoire dentaire.

Avant votre première visite, le dentiste a déjà examiné les dents et les radiographies concernées pour s’assurer que les facettes constituent le traitement approprié. Pour préparer une dent en vue de poser une facette, le dentiste doit enlever à peu près ½ millimètre d’émail tout autour sous anesthésie locale. Ensuite, une empreinte des dents est prise qui sera envoyée au laboratoire dentaire pour confectionner les facettes. Des facettes temporaires sont finalement mises sur les dents et y resteront jusqu’au rendez-vous subséquent. La cimentation des facettes permanentes se fait deux à trois semaines plus tard. Le dentiste enlève les facettes temporaires, vérifie l’adaptation et la couleur des facettes permanentes avant de les installer avec un ciment dentaire.

Entretien

Il faut se rappeler que bien qu’une facette dentaire ne puisse pas se carier, la dent en dessous peut être exposée á la carie et aux maladies parodontales. Il faut alors entretenir une bonne pratique d’hygiène buccale en se brossant les dents et en passant la soie dentaire entre les facettes, et au niveau de toutes les autres dents même si les facettes en porcelaine résistent aux taches alimentaires, le dentiste peut recommander de réduire

L’usage d’aliments qui tachent les dents, comme le café, le thé ou le vin rouge. Les facettes durent entre 8 et 12 ans. Après ce temps, elles seront remplacées.

Les contre-indications

Le bruxisme peut user et raccourcir les incisives de façon importante. Les facettes les allongeront mais elles ne tiendront pas si l’on n’augmente pas en même temps la hauteur des dents postérieures. Un manque d’émail important, qui peut être lié à certaines maladie génétiques ou à la consommation excessive d’aliments et boissons acidulées, peut aussi poser problème car la colle adhère moins bien sur la dentine. Une bonne hygiene bucco-dentaire  est toujours indispensable.

Extraction

La totalité des dents des deux maxillaires constitue un ensemble stable. Nos dents se maintiennent en place grâce à leurs voisines. La perte d’une pièce de cet ensemble va entraîner des perturbations insoupçonnées comme la diminution du coefficient masticatoire : si deux dents sont absentes sur une arcade cela équivaut à 4 dents absentes sur le plan de l’efficacité masticatoire car les antagonistes ne servent à rien.

La dentisterie fait largement appel au métal, que ce soit pour les soins ou pour les prothèses. L’allergie aux métaux employés en dentisterie (amalgames ou plombages, prothèses dentaires, implants…) est un sujet peu évoqué. Il faut y penser en cas de manifestations buccales d’origine inconnue. Les progrès techniques permettent aujourd’hui de se passer du métal dans un grand nombre de cas.

Lorsque des dents sont manquantes, on doit les remplacer afin de :

  • prévenir le déplacement, le déchaussement et la perte éventuelle des autres dents;
  • faciliter la mastication et ainsi favoriser une digestion optimale;
  • diminuer les risques de maladies de gencives;
  • harmoniser le sourire;
  • conserver une élocution optimale;
  • prévenir les problèmes de l’articulation temporo-mandibulaire

Il est recommandé de manger un repas léger avant d’aller chez le dentiste parce que’apres on a recours à l’anesthésie locale pour insensibiliser les dents et les gencives et il est déconseillé  de manger pendant 3 heures apres la pose des couronnes .

Couronnes et ponts dentaires

fogkorona_hid_fix_rogzitett_potlas_pecs

Couronne sur dent dévitalisée :

  • choix de la couronne : le dentiste informe le patient des différents types de couronnes possibles et le patient choisit (choix éclairé) ;
  • préparation de la dent : la dent étant dévitalisée, il est nécessaire d’utiliser un ancrage radiculaire : inlay-core ou faux-moignon qui est un tenon placé dans la racine. Le dentiste réalise donc une préparation interne et externe de la dent à couronner. La préparation interne nécessite de creuser dans le matériau d’obturation de la racine gutta-percha  le plus souvent), le tenon doit être long des 2/3 à la moitié de la racine pour assurer la rétention. L’intérieur de la dent doit être de dépouille. La préparation externe dépend du type de couronne : pour une couronne métal, on doit avoir 0,5 mm d’épaisseur au minimum ; pour une couronne céramo-métallique, on aura 1,5 mm d’épaisseur ;
  • prise d’empreinte bimaxillaire : l’empreinte de l’arcade comportant la dent préparée est généralement réalisée en silicone, qui permet une empreinte précise. L’empreinte de l’arcade antagoniste est réalisée en alginate. Les empreintes sont envoyées au prothésiste qui va les couler en plâtre et les monter sur un articulateur permettant d’obtenir dans son laboratoire la réplique de la bouche du patient ;

– réalisation et pose d’une couronne temporaire ;

– réalisation par le prothésiste du faux-moignon et de la couronne définitive ;

– essayage de la couronne en bouche, pose et vérification de l’occlusion ;

– la réalisation du faux-moignon et de la couronne peut se faire séparément afin de valider en bouche les différentes étapes. Ainsi, le praticien peut également essayer la chape métallique d’une couronne céramo-métallique avant que celle-ci soit recouverte par la céramique.

Une couronne provisoire est une couronne que le dentiste pose ou crée après avoir taillé la dent et pris les empreintes nécessaire à la réalisation de la couronne prothétique définitive. La couronne provisoire a pour but de préserver les limites de la préparation dentaire et maintenir l’espace nécessaire à la couronne définitive (les dents ayant tendance à bouger pour refermer les espaces libres). Elle protège la dent et assure mastication et esthétique jusqu’à la pose de la couronne définitive.

La préparation d’une dent vivante nécessite des précautions afin d’éviter d’agresser la pulpe dentaire (nerf de la dent). Les soins nécessitent un séjour de deux semaines  environ.

Types de couronnes

Rendelőnkben porcelán koronákat készítünk. Ezek a koronák a látható felszíneken fogszínűek, a nem látható részeken fémszínűek. A porcelán alatti fém lehet nemes (arany), illetve nem nemesfém ötvözet. A műanyagból készült koronát a fogorvosok nem szokták ajánlani, mert rövidebb az élettartama, kevésbé esztétikus, elszíneződik, és jobban kopik, mint a porcelán.

La couronne en zircone

Pressed ceramic teeth

constitue une solution ultramoderne et très efficace pour remplacer les dents manquantes  qui vous fera sourire plus souvent et va faire les autres à vous adresser des compliments.

La couronne en zircone  a été utilisée pour la première fois en 1998 dans la clinique dentaire de l’Université de Zurich (Suisse), et à partir de ce temps-la, sa popularité est en constante augmentation.La couronne en zircone est appelée aussi couronne en zirconium, couronne en oxyde de zirconium, couronne en zircon, couronne céramique zircone, dents en zircone.

Le nom de cette couronne fait beaucoup de patients à croire qu’elle est faite entièrement en zirconium. Tandis qu’en réalité, seulement la partie intérieure est faite en zircone, mais l’extérieur est réalisé en céramique. La combinaison de ceux deux matériaux offre aux dents en zircone  aussi une haute résistance qu’une esthétique incomparable à d’autre type de couronnes dentaires.

La couronne en zircone a les avantages suivants:

  • Les couronnes en zircone sont plus légères que celles en ceramo-metalliques mais jusqu’à 50% plus résistantes.
  • La zircone, utilisée en stomatologie, est absolument biocompatible avec l’organisme humain. Elle n’est pas un métal, et ne provoque aucun type d’allergie.
  • La couleur blanche de la zircone permet l’utilisation des couronnes pour une période plus longue. Avec les couronnes en zirconium on ne voit jamais le métal même si la gencive se retire ou un morceau de céramique tombe.
  • Les couronnes en zircone limitent l’adhérence de la plaque bactérienne.
  • L’oxyde de zirconium n’est pas transparent à la lumière par rapport a la ceramo-metallique; donc même les dents grises étant recouvertes puissent devenir très esthétiques.
  •  La couronne en zircone possède également une faible conductivité thermique (car est dépourvue de métal) qui vous permet de manger des aliments chauds et froids sans avoir des sensations désagréables causées par la température.

Le pont dentaire

Le bridge permet de remplacer une dent absente, voire deux, en s’appuyant sur les dents adjacentes (une de chaque côté) ; au-delà le risque de fracture est trop élevé. Mais on peut également réaliser un bridge de plus grande portée, en prenant appui sur plusieurs dents piliers. Le principe est le même que pour la couronne. La réalisation du bridge dentaire se fait en plusieurs étapes :

  • Les dents-piliers sont taillées.
  • Une empreinte dentaire est prise est prise.
  • Le chirurgien-dentiste peut alors procéder à la pose.

Les matériaux utilisés sont les mêmes que pour la couronne : céramique pour les dents antérieures avec possibilité d’utiliser du métal pour les dents postérieures.

Le bridge collé est une autre technique possible quand une seule dent est à remplacer :

  • Le chirurgien-dentiste fait fabriquer au prothésiste dentaire une dent intermédiaire avec deux ailettes métalliques.
  • Ces ailettes seront collées sur le bord intérieur des dents adjacentes.

Cette technique permet de préserver des dents adjacentes saines Il faut effectuer un test d’allergie avant toute pose de prothèse.

Le bridge dentaire possède des inconvénients dont il faut tenir compte :

  • Le bridge dentaire est cher : pour une dent absente, trois couronnes sont nécessaires. La sécurité sociale ne reconnaissant pas les dents-piliers, le remboursement ne s’effectuera donc que sur une seule couronne.
  • Le bridge entraine la mutilation des dents-piliers : pour remplacer une seule dent, le chirurgien-dentiste doit «sacrifier» les deux dents adjacentes qui sont parfois en très bon état.

Enfin, il entraîne une rétractation de la gencive : la dent remplacée (le pont) n’ayant plus de racine, l’os de la gencive a tendance à se rétracter.


Prothèses amovibles

service_pic

Une prothèse amovible est une prothèse qui peut s’enlever. Elle remplace généralement plusieurs dents. Elle s’appuie en partie sur les dents restantes et en partie sur la gencive et l’os sous-jacent.

Une prothèse amovible demande généralement quelques semaines d’adaptation. De plus, elle nécessite des retouches de temps en temps. En effet la bouche, contrairement à la prothèse, est vivante, et évolue en permanence. Au bout de plusieurs années, la prothèse ne sera plus stable et une nouvelle doit être réalisée.

  • Prothèse complète (ou dentier)  : lorsqu’il ne reste plus du tout de dents, on les remplace par une prothèse en résine, qui doit s’appuyer le plus largement possible sur les gencives.
  • Prothèse partielle (ou partiel)  : c’est une prothèse à base métallique rigide, qui s’appuie à la fois sur les gencives et les dents restantes à l’aide de crochets. Cette prothèse est un peu plus stable que la prothèse complète à cause du support procuré par les dents.

Le dentier à barre de rétention est une prothese dentaire qui offre une solution semi-amovible et durable. La prothèse dentaire fixée sur implant est idéale pour le remplacement de dents manquantes dans toute la mâchoire.

Le dentier à barre de rétention :

C’est une solution intermédiaire entre le dentier traditionnel et la solution durable qu’est l’implantation: c’est un dentier qui est fixé sur 4 implants mais il est également semi-amovible dans la mesure où vous pouvez le déclipser de ses implants pour le nettoyer, mais il est en même temps fixe et ne risque pas de bouger lors de la mastication ou tout simplement quand vous parlez ou toussez. Il s’agit une prothèse dentaire amovible beaucoup plus stable que les dentiers traditionnels dont les forces de mastication sont principalement supportées par une structure métallique qui repose sur 4 implants dentaires. Ce système permet de maintenir sa stabilité dans la bouche, de récupérer la fonction de mastication et lui assure une très belle esthétique. Cette prothèse dentaire sur 4 implants ressemble fort à vos dents naturelles et assure une fonction très proche de celle des dents naturelles.

Il est conseillé

  • Dans le cas où le tissu osseux de votre mâchoire est peu propice à de nombreux implants.
  • Dans le cas où la surface de mastication des dents naturelles n’est plus suffisante
  • Si la gencive s’est trop retractée.
  • Pour les patients qui ne peuvent se permettre financièrement la pose d’un grand nombre d’implants.
  • Pour les patients qui ne sont pas satisfaits de leur dentier traditionnel,et pour qui le fait de mordre, de mâcher ou juste de parler avec, pose problème.

 Les avantages :

Ce dentier est plus agréable à porter car on ne le ressent pratiquement pas :
Les patients qui portent un dentier à barre de rétention ont la sensation de retrouver leurs vraies dents. Néanmoins, si on ne nettoie pas de manière adéquate la prothèse dentaire, la situation biologique peut se déteriorer, les pivots se déstabilisent et les dentiers deviennent inéfficaces.

Ce problème est très important dans le cas des dentiers fixés sur implants car ils nécessitent plus de soins hygièniques.
Le côté esthétique est très important pour nos patients tout les rassurant sur la fonction masticatoire qui est à 100% rétablie et ce dentier à barre de rétention vous offre une solution de remplacement stable et esthétique.

Les dentiers sont fabriqués bien entendu sur mesure pour chaque patient, c’est lui qui choisit la forme, la couleur des dents : c’est quasiment un travail d’orfèvrerie, au quart de milimètre près : il est ensuite testé à plusieurs reprises par le patient jusqu’à ce qu’il s’adapte totalement dans la bouche.

Ce dentier à barre de rétention a en fait tous les avantages des dentiers traditionnels sans en avoir les inconvénents !

  • Prothèse amovible sur implants : ce genre de prothèse donne beaucoup plus de stabilité surtout s’il ne reste aucune dent sur les maxillaires du haut ou du bas. Les implants étant préalablement posés chirurgicalement, la prothèse leur est reliée soit par des boutons-pression, soit par une glissière, soit par des aimants.

Le port d’un dentier requiert le respect de règles d’hygiène strictes :

  • Se brosser les dents, les gencives et les protheses après chaque repas, notamment dans le cas de la prothèse partielle : les crochets retiennent en effet davantage la  plaque dentaire,
  • retirer la prothèse pendant le sommeil, et la laisser reposer dans une solution nettoyante achetée en pharmacie, ou dans un verre d’eau,

ne pas porter une prothèse amovible pendant 24 heures.

Chirurgie maxillo faciale

La chirurgie maxillo-faciale orthognatique traite les décalages des structures osseuses. Ces anomalies de position du maxillaire, de la mandibule et du menton peuvent se voir dans le cadre de malformations congénitales, mais également être acquises à la suite de traumatismes ou des troubles de la croissance faciale.

Extraction de dents

L’extraction des dents est indiquée en cas de douleurs, d’infections, de kystes, de caries, pour des raisons orthodontiques (manque de place), pour des raisons parodontales (déchaussement) ou pour des raisons prothétiques dentaires.

Réalisation: Sous anesthésie locale ou générale, en fonction de divers critères:

  • difficultés opératoires
  • nombre de dents à extraire
  • collaboration présumée
  • pathologies générales, …

Le praticien décolle la gencive attachée, et luxe la dent. Parfois on doit enlever, le plus souvent à la fraise, un peu de l’os qui retient les racines ou qui les entoure. Le praticien doit parfois fragmenter la dent, le plus souvent à la fraise. Ensuite, les berges osseuses et gingivales sont régularisées et les zones osseuses infectées sont curettées (nettoyées). des sutures habituellement résorbables (en +/- 2 semaines) sont posées.

Après l’intervention:

Si seule une anesthésie locale a été réalisée, vous pouvez rentrer à domicile juste après l’extraction. Si vous avez subi une anesthésie générale, vous remontez en chambre après un séjour en salle de réveil; le retour à domicile est prévu soit le soir même, soit le lendemain.

Les suites opératoires normales.

  • Douleur spontanée (de quelques heures à quelques jours), d’intensité variable.
  • Gonflement très modéré des joues, des lèvres, apparaissant habituellement endéans les 24 heures et disparaissant en quelques jours
  • Gêne masticatoire durant quelques jours.

Quels sont les risques opératoires? Il s’agit

  • des risques liés à l’anesthésie (risques plus théoriques que pratiques
  • des risques liés à l’acte opératoire:
    • hémorragies, hématomes, infections: rarement
    • luxation des dents voisines: exceptionnel

Quelles sont les séquelles postopératoires possibles?

  • une communication buccosinusale(+planche); détectée immédiatement après l’extraction, et correctement traitée, elle peut exceptionnellement fistuliser(?).
  • Déchaussement de la dent voisine.

La cicatrisation est complète en 2 à 3 semaines. L’incapacité de travail maximum est de quelques jours.

Une consultation de contrôle 1 à 2 semaine après l’intervention est à prévoir.

Les extractions chirurgicales

 Les extractions chirurgicales impliquent les dents qui ne sont pas d’accès facile, qui ont les racines très courbées, ou qui sont considérablement détruites par la carie. L’anesthésie locale est la solution la plus indiquée. Le dentiste dégage la gencive autour de la dent, ainsi que du tissu osseux. La dent peut être séparée en plusieurs morceaux avant l’extraction, et des points de suture maintiennent l’intégrité de la gencive durant la guérison.

Interdictions et les actions apres opération:

Il est interdit de manger et boire jusqu’a la fin de l’assouplissement, parce que vous pouvez blesser votre gencive en mâchant.

Vous pouvez commencer l’exercice d’ouverure la bouche et mettre du glacon au terroir touché juste apres l’opération. Vous pouvez mettre accumulateurs de froid ou bien petit pois congelés mis dans un emballage de foulard sur le visage au maximum pendant 20 minutes et vous devez attendre au moins 20 minutes chaque fois. Le foisonnement va se passer en 4 jours dont la mesure n’est toujours pas en cohérence avec la grandeur de l’intervention.

Si vous avez de douleurs, on vous conseille de prendre de l’analgésique (3×1 Nurofen ou Cataflam).

Évitez de manger des repas ou boissons trop froids ou chauds au jour de l’opération, parce que ceux peuvent provoquer du saignement. Ne remuez ou respirez pas la blessure pour éviter le saignement.

Si vous fumez, cela peut ralentir la guérison et cela peut etre la raison de l’infection. On vous conseille d’évier de fumer.

Évitez également du consommation de produits laitiers qui peuvent aussi provoquer l’infection de la blessure.

On vous conseille d’utiliser de produits de décontamination (Corsodyl ou Tantum Verde ou Listerin).

L’extraction de dent de sagesse

est un geste chirurgical courant à partir de 18 ans. L’intervention peut être à l’origine de douleurs plus ou moins intenses, qui font partie des suites opératoires normales. Dans certains cas, des complications qui se manifestent par des douleurs peuvent survenir.
Les dents de sagesse correspondent aux 3èmes molaires situées au fond en arrière de l’arcade dentaire. Elles apparaissent à l’âge adulte et peuvent parfois pousser de travers, gêner, ou être douloureuses.Nous avons en général quatre dents de sagesse , mais cela peut varier selon les personnes, certaines en ont plus et d’autres moins.

Quand enlever une dent de sagesse?

L’extraction totale ou partielle des dents de sagesse (troisièmes molaires du haut et/ou du bas) est l’intervention chirurgicale buccale la plus fréquente. Elle se déroule sousanesthésie locale, et plus rarement, sous anesthésie générale.

Le nombre de dents de sagesse varie entre un et quatre. Leur extraction est nécessaire dans différentes situations :

  • Mauvaise position, souvent à l’origine dans de douleurs, ou d’inflammation.
  • Risque d’atteinte au bon alignement des dents par manque de place,

Dents de sagesse cariées, qui ne peuvent plus être traitées par un protocole de soins standard.

Traitements des communications bucco sinusiennes.

Les communications bucco-naso-sinusiennes sont des communications pathologiques entre la cavité orale et le sinus maxillaire, et/ou les fosses nasales. La contamination bactérienne par la suite peut conduire à la survenue et l’entretien de sinusites, qui s’avèrent être un mode de révélation fréquent. Les causes iatrogènes, telles que les avulsions de la première molaire ou de la deuxième prémolaire maxillaire, mais aussi la mise en place des implants dentaires sont les premières rencontrées. Les tumeurs nasosinusiennes sont quant à elles, à l’origine de vastes communications, tout comme les traumatismes balistiques. Le traitement de ces fistules est chirurgical et dépend de l’étendue et du diamètre de la perforation, de l’état de la muqueuse sinusienne maxillaire mais aussi de son ancienneté. Ainsi, les communications inférieures à 3 mm ont tendance à se fermer spontanément, mais une tentative de fermeture immédiate doit cependant être entreprise, sous couverture antibiotique. Les lambeaux locaux par volet jugal, volet palatin ou boule de Bichat permettent également l’obturation de fistule modérée avec de bons résultats. Les lambeaux libres sont pour leur part, utiles pour le comblement de grandes pertes de substance. En cas de chirurgie carcinologique sinusienne, la mise en place de prothèse obturatrice rétablit des qualités phonatoires et alimentaires satisfaisantes. Par ailleurs, l’utilisation récente de biomatériaux ouvre des perspectives thérapeutiques. Enfin, la prévention est capitale, notamment lors des avulsions dentaires et a permis une réduction significative de cette pathologie.

RÉSECTION APICALE

C’est une technique chirurgicale qui permet l’exérèse d’un kyste à l’apex d’une dent. L’inflammation apicale est la réaction de l’organisme à des bactéries dans le canal radiculaire. En général, la résection apicale peut être appliquée sur toutes les catégories des dents mais il faut tenir compte de la morphologie des différentes racines dentaire, leur position en rapport avec la surface osseuse des mâchoires et les conditions anatomiques. Une technique très fréquente est celle de l’incision mucopériosté, qui suppose un décollementmucopériosté et l’ouverture du vestibule osseux. Puis, on fait un perçage de l’os, pour enlever le tissu osseux affecté aussi que l’apex dentaire malade. Le canal dentaire est nettoyé mécaniquement, lavé et puis obturé.
Le canal radiculaire peut ensuite être fermé par voie orthograde (c’est-à-dire depuis la couronne) ou rétrograde (depuis l’apex radiculaire) avec un matériau de restauration antibactérien adapté.

Les indications de la résection apicale peuvent être groupées en plusieurs catégories :

  • une parodontite apicale après un traitement du canal radiculaire ou lorsqu’une inflammation déjà existante ne se résorbe pas malgré un traitement radiculaire adéquat.
  • profonde fracture radiculaire
  • profonde rupture d’instruments canalaires
  • des obstacles sur le canal radiculaire qui ne peuvent pas être enlevés
  • erreurs de procédure dans le traitement endodontique
  • lésions péri-apicales qui ne peuvent pas être guéries par un traitement du canal

Si on fait référence aux problèmes anatomiques qui empêchent le succès du traitement endodontique, alors il s’agit de la calcification complète des chambres de pulpe et des canaux radiculaires, courbures radiculaires sévères, canaux radiculaires trop étroits. Quand ce type de problèmes empêche une intervention endodontique correcte, l’avulsion de la partie inguérissable de la racine et le comblement de la cavité sont à conseiller. 

AUGMENTATION et régénération osseuse guidée

Grâce à l’évolution des techniques de reconstruction osseuse, le praticien n’est plus tenu d’accepter une situation prothétique et esthétique non satisfaisante, afin de s’adapter à la situation anatomique du patient.

PRINCIPE :
Lorsque la largeur et/ou la hauteur de la crête ne permettent pas la mise en place d’un implant de diamètre et/ou de longueur convenables, une reconstruction de la crête osseuse permet de combler ce déficit osseux horizontal et/ou vertical.

La reconstruction de la crête osseuse est effectuée par une :

  • augmentation osseuse à l’aide d’os autogène ou d’autres matériaux de substitution osseuse, sous forme de particules ou d’onlay
  • régénération osseuse guidée sans matériau de comblement
  • augmentation osseuse à l’aide d’os autogène ou d’autres matériaux de substitution, associée à une régénération osseuse guidée avec membrane.

Matériaux d’augmentation osseuse

La classification des matériaux de comblement ou d’augmentation osseuse se fait suivant leur origine ou leurs propriétés biologiques.
Suivant leur origine, ils sont :

  • Autogènes, c’est-à-dire prélevés sur le patient lui-même;
  • Allogènes, c’est-à-dire provenant d’autres patients ;
  • Alloplastiques, c’est-à-dire d’origine synthétique ;
  • xénogènes, c’est-à-dire d’une origine autre qu’humaine, telle que bovine ou porcine.

 Le déroulement du comblement osseux

L’intervention se déroule sous anésthésie locale, mais selon votre souhait, nous pouvons aussi la faire sous anesthésie générale.

Á l’endroit convenable, que nous définissons avec exactitude d’apres la radiographie panoramique, nous faisons des incisions. On retire ensuite la gencive de l’os, pour fomer un lobe. On met á cet endroit le poudre de bio os, et nous recouvrons cette surface finalement par une membrane, qui s’absorbera. Finalement nous recousons la gencive. Les points de suture doivent etre enlevés 7 jours après l’opération. 

Apres les opérations de comblement d’os, il faut attendre au minimum 6 mois, mais il arrive qu’une année soit nécessaire pour que le bio os s’ossifie, et s’intègre parfaitement dans l’organisme.

Dans le cas de l’implantation en deux étapes, ce n’est qu’à la suite de cette opération que l’opération d’implantation peut avoir lieu. Après avoir posé l’implant dentaire il faut de nouveau attendre 3-6 mois, pour que l’ostéo intégration se face. L’ossification de l’implant dentaire (racine artificielle) est suivie par la préparation de la superstructure (couronnes, bridges, clip bar system) , qui peut éventuellement demander plusieurs semaines supplémentaires. 

Bien que l’intervention soit longue, le résultat compense le temps et l’argent investi, pour redonner aux patients leur sourires parfaits et sains d’autrefois.

Le sinus-lift

Le sinus-lift est une intervention chirurgicale dont l’objectif est de rehausser le sinus soit d’épaissir    le maxillaire dans la zone des prémolaires et molaires, à l’aide des matériaux de remplacement osseux.

Cette intervention s’avérera nécessaire si la masse osseuse du patient n’est pas suffisante pour accueillir des implants.

L’implant est une racine artificielle en titane sur laquelle le dentiste fixe ultérieurement une couronne, un bridge ou tout un dentier. L’implant ne peut être inséré que dans une masse osseuse d’une épaisseur appropriée. Il est primordial que l’implant vissé soit solide, qu’il résiste à la charge masticatoire importante imposée aux dents, qu’il puisse remplir les fonctions des dents naturelles. (Vous trouverez de plus amples informations sur les implants.

Lorsqu’on perd une dent, le tissus osseux qui l’a entourée ne sera plus exposée à la charge habituelle (forces masticatoires) ainsi, il commencera à s’amincir et, à terme, il s’atrophiera. C’est un processus tout à fait naturel, valable pour tout l’organisme humain: l’organe non utilisé va s’atrophier à terme.

Parallèlement à la résorption osseuse, le volume du sinus augmentera et, la cavité sinusale s’étendra vers le maxillaire. En fonction des caractéristiques anatomiques, l’épaisseur de l’os peut varier entre 1 à 2 mm et 10 à 15 mm. Plus on attend suite à la perte ou à l’extraction d’une dent, plus le volume osseux entre les dents et le sinus se résorbera.

Le sinus-lift soit la greffe osseuse sera nécessaire si le patient a perdu ses molaires plusieurs années avant la pose d’implant.

L’intervention consiste à combler la cavité sinusale de matériaux de remplacement osseux en rehaussant ainsi la muqueuse qui tapisse l’intérieur du sinus. Cette substance de comblement osseux qu’on remplit via une minuscule fenêtre ouverte dans la paroi latérale du maxillaire, sera progressivement tissée par la masse osseuse naturelle, durant la période de guérison. A l’issue de ce processus, l’os retrouvera son volume normal et sera apte à accueillir l’implant. La greffe osseuse peut être synthétique ou d’origine organique (animale). L’ouverture créée dans la paroi du sinus sera close par une membrane spéciale de remplacement osseux.

Deux types de procédé existent pour le sinus-lift

  • Le procédé le plus fréquent consiste à poser d’abord les implants dans la masse osseuse existante du maxillaire et à combler la cavité sinusale par la suite, de matériaux de remplacement osseux. Cette option sera possible si le manque de volume osseux n’est pas encore trop important. Dans ce cas-là, la durée de l’intervention sera réduite au maximum puisque le comblement osseux et la pose d’implants dentaires peuvent avoir lieu en une seule étape.

On affirme que, de même que l’implantation, le sinus-lift est une intervention de routine qui peut avoir lieu sous anesthésie locale mais si le patient le souhaite, elle peut être pratiquée aussi sous anesthésie générale.

La douleur post-opératoire est rare. Afin de prévenir les infections, un traitement antibiotique est en général prescrit pour les quelques jours suivant l’opération qui ne pourra provoquer qu’un léger gonflement des gencives ou rarement des saignements de nez.

Quelques conseils à respecter suite à l’intervention

  • Mettre une compresse glacée sur la zone d’intervention en cas d’éventuel gonflement.
  • Respecter les instructions du médecin concernant la prise de l’antibiotique.
  • En cas de douleur, prendre des antalgiques recommandées par votre dentiste.
  • Eviter de fumer. Le tabac et le manque des soins bucco-dentaires appropriés pourront diminuer l’efficacité de l’intervention.
  • Pendant la 1ère semaine suivant l’intervention, éviter de se brosser la zone d’intervention et si possible, utiliser une brosse à dents aux filaments souples!

Se présenter impérativement au prochain contrôle même si la période de guérison était sans problème!

Pathologies de la muqueuse de la bouche. Lésions précancereuses.

La muqueuse de la bouche, en dehors de l’épithélium de la langue, est, dans sa constitution, très proche de la peau. Toute agression, qu’elle soit bactérienne, virale, mycologique (champignon), physique ou chimique, pourra entraîner une modification de sa structure et donc de son intégrité.

Cette atteinte, bien que le plus souvent bénigne, peut constituer un “terrain” propice à une éventuelle dégénérescence en tumeur maligne. C’est pourquoi toute lésion persistant malgré la suppression de sa cause présumée, doit faire l’objet d’une biopsie.

En pratique: Vous avez détecté dans la bouche une lésion dont la nature vous inquiète: il FAUT donc consulter votre stomatologue ou à défaut votre médecin généraliste.

L’examen clinique, comme toujours en médecine, est primordial car permettant de détecter une lésion buccale faisant partie d’une maladie générale.

Les symptomes

  • Candidoses buccales récidivantes
  • Dentaires :inflammation des gencives due à la prolifération de bactéries dans la plaque dentaire et le tartre qui sont plus abondants.
  • Les difficultés à la déglutition .

Les troubles du goût

La chirurgie de l’articulation temporo-mandibulaire

L’articulation temporo-mandibulaire (ATM) est l’articulation qui unit la mâchoire inférieure (mandibule) à l’os du crâne. Au nombre de deux, elles sont situées de chaque coté du visage, juste devant les oreilles.

  • Ces articulations sont les plus complexes du corps; pendant leurs mouvements, elles doivent s’ouvrir, se refermer, glisser vers l’avant, vers un côté et de l’autre et ce, d’une façon synchronisée.
  • Les ATMs sont composées de muscles, vaisseaux sanguins, nerfs, ligaments et os. De plus, comme pour les autres articulations, elles sont aussi recouvertes de cartilage.
  • Un disque articulaire sépare la mandibule et l’os du crâne en empêchant qu’il y ait frottement entre ces deux surfaces pendant les mouvements de la mâchoire.
  • Le disque absorbe l’énorme pression générée pendant la mastication et la distribue dans l’espace articulaire.
  • Lorsque toutes les composantes des ATMs fonctionnent en harmonie, cela vous permet de mastiquer, parler , bâiller, bref, d’utiliser votre mâchoire de façon appropriée.
  • S’il y a manque de coordination entre les deux articulations, le disque articulaire peut être déplacé ou endommagé et empêcher le fonctionnement normal et harmonieux. On parle alors de dysfonction ou troubles de l’articulation temporo-mandibulaire.

douleur lancinante dans l’articulation à l’avant de l’oreille;Symptômes possibles des troubles de l’ATM

  • inconfort et douleur qui peuvent irradier dans le cou et les épaules et être présents dans la mâchoire ou le visage;
  • muscles de la mâchoire sensibles;
  • bruits ou sensation de “craquement”,”crépitement” ou “frottement” dans l’articulation lors de l’ouverture de la bouche ou pendant la mastication;
  • bruit dans les oreilles (acouphènes, “tinnitus”) et autres problèmes auditifs;
  • ouverture limitée de la mâchoire et rigidité lors de l’ouverture (difficulté à ouvrir);
  • maux de tête, migraines;
  • sensibilité à certaines dents;
  • un changement soudain dans la façon dont vos dents arrivent ensemble;
  • dislocation lors de l’ouverture (la mâchoire reste “barrée” en position ouverte);
  • douleur : L’apparition de la douleur peut être cyclique c’est-à-dire qu’elle apparaît et disparaît à intervalles plus ou moins réguliers. Elle peut :
    • se manifester souvent sur un seul côté du visage;
    • apparaître le matin au réveil ou après une période de stress;
    • ne pas être présente même si plusieurs autres symptômes sont handicapants.

Traitement

Plusieurs personnes ont des troubles de l’ATM mais seulement une minorité sera affectée de problèmes sérieux.
Les troubles de l’ATM qui peuvent nécessiter un traitement sont  ceux qui :

  • sont accompagnés de douleur ou inconfort importants;
  • ont un déplacement interne, des signes d’arthrite ou de lésions;
  • présentent une mobilité réduite (ouverture limitée de la mâchoire) ou excessive de l’articulation;
  • sont affectés par des anomalies de développement ou congénitales.

Cependant, la plupart des problèmes affectant les ATMs sont temporaires, 80% des personnes affectées se rétablissent en six mois sans intervention.
L’approche thérapeutique doit est avant tout conservatrice et “réversible“, c’est-à-dire qu’elle doit éviter de causer des changements permanents dans la structure ou position des mâchoires et des dents.

La première étape consiste simplement à permettre à la mâchoire de se reposer. Ceci peut comprendre :

  • l’utilisation de compresses et des analgésiques légers;
  • de la physiothérapie, de l’acuponcture;
  • des techniques de rétroaction biologiques (“biofeedback”) et détente;
  • une équilibration de la dentition pour éliminer de légères interférences entre les dents.
  • médicaments anti-inflammatoires pour réduire la douleur, des relaxants musculaires, des sédatifs, des procédures de physiothérapie, massage, thérapie comportementale, hypnose et le training autogène.

les aliments durs ; maintenir une diète plus molle un certain temps. Ceci peut réduire la tension sur les ATMs lors de la mastication;Le repos de la mâchoire peut aider la guérison des ATMs. Il est donc préférable d’éviter :

  • la gomme, les caramels et friandises dures;
  • les grandes ouvertures de la mâchoire (bâiller, etc.).

Gingivite – Symptômes et traitement

La gingivite est l’inflammation de la gencive, le plus souvent liée à l’accumulation de plaque (bactérie) sur la fibromuqueuse gingivale. En général indolore, mais évolutive, elle constitue la maladie parodontale la plus fréquente.

Outre le tartre, les facteurs favorisant l’apparition d’une gingivite sont  des dents mal alignées ou couronnes mal adaptées, une mauvaise hygiene bucco-dentaire, une carence en vitamine C, le stress et le tabac.

Symptômes

La gingivite simple (chronique), liée à l’accumulation de tartre, se manifeste par les symptômes suivants : Gencives rouge vif et enflées (oedeme apparent), saignement (plus particulièrement au contact de la brosse à dent, ou de certains aliments) et mauvaise halaine.

Traitement

Le traitement repose sur un détartrage régulier (tous les 4 à 6 mois pour les patients sujets aux récidives), l’application de règles d’hygiene bucco-dentaire adaptées : brossage pour l’élimination durable de la plaque dentaire (au moins deux fois par jour) et l’utilisation de certaines pâtes dentaires gingivales aux propriétés antalgiques peuvent être prescrites afin de réduire l’inflammation des gencives.

Non traitée, la gingivite simple peut évoluer en parodontite, une affection chronique pouvant mener au déchaussement et à la perte des dents. Au stade de parodontite ou en cas d’aggravation de la gingivite, plusieurs traitements spécifiques peuvent être envisagés : irrigations sous-gingivales, surfaçage radiculaire, anthibiotherapie.

Soins d’urgence 

  • traitement  primairedeblessuresfraîchesde dents (attelles, de panchements médicamentaux, l’extraction de dents)
  • soins aigue (traitement de canal, l’extraction de la dent)
  • traitement parodontalede l’inflammation gingivale
  •  l’ouvetrture de l’abcèsintrabuccal
  • enlevement de corps étranger
  • le traitement médical de l’inflammation aigue des muqueuses
  • le traitement des douleurs neurogènes paroxystique

Tout fréquence atténuation des saignements oraux ou péri-orales (tampons, pansements, l’application  des médicament améliorant la coagulation, pions de soutures).

1110_Discus-Dental_Laser-1[1]

Traitement au laser

Aujourd’hui les lasers les plus polyvalents et les plus modernes sont idéaux pour une large variété de traitements en omnipratique dentaire,parodontologie, chirurgie, endodontie et implantologie et ils sont les seuls lasers dentaires à pouvoir traiter aussi bien les tissus mous (gencive, langue) que les tissus durs (émail, os) de la cavité buccale. Ainsi, ces lasers peuvent-ils remplacer avantageusement la fraise dentaire dans de nombreux cas. Limiter l’utilisation des anesthésie permettent de gagner du temps. Les traitements peuvent commencer dès l’arrivée des patients, sans avoir à attendre la prise de l’anesthésie.

Le laser permet le regroupement des actes et le travail sur plusieurs quadrants chez un même patient. Jusqu’à quatre quadrants peuvent être traités sans anesthésie lors d’une même visite. Le nombre de visites de traitement est réduit, le nombre de visites de suivi également, libérant ainsi du temps pour d’autres patients. Occasionnellement, un traitement laser peut révéler des pathologies non diagnostiquées qui peuvent être traitées dans la foulée. En outre, lors d’une intervention sous anesthésie locale, il est possible d’intervenir sur n’importe quelle dent non anesthésiée.

Enfin, le laser facilite le traitement des pathologies d’urgence : fistulisation des kystes, traitement des effractions pulpaires et des pulpites en utilisant l’effet anti-inflammatoire du faisceau laser.

Applications

  • Tissus durs
    • Préparation de cavités de toute classe
    • Eviction de caries sans contact, sans chaleur et sans anesthésie
    • Mise en forme et mordançage de tissus durs
    • Débridement, nettoyage et asepsie des canaux radiculaires
    • Apicéctomie
  • Os
    • Taille et mise en forme
    • Ostéoplastie et ostéotomie
    • Elongation coronaire
    • Préparation de l’apex pour une obturation a retro
  • Tissus mous
    • Exérèse de tissus hyperplasiques
    • Gingivectomie et gingivoplastie
    • Décapuchonnage de dents de sagesse
    • Dégagement d’implants
    • Dégagement gingival pré-prothétique
    • frénectomie frénotomie
  • Parodontologie
    • Nettoyage et asepsie des poches parodontales
    • Excision et incision
    • Techniques lambeaux
    • Curetage laser
    • Élimination des tissus de granulation
    • Débridement sulculaire en vue d’améliorer les indices cliniques (saignement gingival, profondeur des poches, perte d’attache)

Réduction des péri-implantites

Panoramique dentaire

Faire un panoramique dentaire est une pratique courante en matière de médecine dentaire.La radiographie est un complément essentiel de la médecine dentaire. Elle permet de mettre en évidence les lésions des dents et des tissus adjacents qui ne peuvent être décelées lors d’un examen clinique, notamment les débuts de caries, les kystes, les tumeurs et les abcès.

Elle permet en outre de connaître l’emplacement exact des dents et leur développement mais aussi d’évaluer la perte osseuse et l’état des gencives. Ces informations sont essentielles aussi bien pour établir ou confirmer un diagnostic que pour planifier un traitement au plus juste.

Les différents types de radiographie dentaire 

Trois types de radiographie sont couramment utilisés en radiologie dentaire : la radiographie interproximale, la radiographie périapicale et le panoramique dentaire. Ce dernier est généralement effectué dans unité de radiologie.

·La radiographie interproximale (cliché rétro-coronaire)

  • Il s’agit d’un cliché localisé qui permet d’observer simultanément les couronnes des dents supérieures et inférieures. Il est utilisé pour repérer les caries se trouvant dans les recoins cachés de la bouche, et plus particulièrement sur les dents postérieures, les zones interdentaires et sous les obturations.
  • Cette technique permet d’obtenir une imagée détaillée d’un groupe de dents supérieures ou inférieures de manière à pouvoir étudier leurs racines (et notamment déceler des fractures), le niveau osseux et les tissus de soutien de la dent mais aussi à détecter d’éventuels débuts de caries, kystes ou abcès.
  • Le cliché panoramique donne une vue d’ensemble des arcades dentaires, des maxillaires, des articulations et des sinus. Il est utilisé pour diagnostiquer un grand nombre de conditions pathologiques : infections, fractures des mâchoires, kystes et granulomes à la racine des dents, et certaines affections osseuses (maladie de Paget)…

La radiographie périapicale (cliché rétro-alvéolaire). La radiographie panoramique dentaire

On effectue aussi un panoramique dentaire pour évaluer la distribution des dents, la perte osseuse et les parodontites, ou encore pour visualiser l’ensemble des germes de dents chez l’enfant, pour définir son âge dentaire. Par ailleurs, il s’avère également utile pour décider du bien-fondé de la pose d’implants ou de la localisation des racines artificielles avant leur pose.

Déroulement d’un panoramique dentaire

  • Pour un cliché localisé, un film de haute définition protégé par une enveloppe est appliqué derrière la dent à étudier. Pour le cliché panoramique, un capteur plan permet d’obtenir une image numérisée low-dose avec moins de manipulation : c’est de la numérisation directe. Cela permet de visualiser directement l’image et de l’enregistrer sur un ordinateur.
  • Les doses de radiations émises lors d’un panoramique dentaire sont bien en-dessous du seuil autorisé. Cependant, il va de soi que l’exposition du fœtus au rayon X est à éviter au maximum. Si vous êtes enceinte ou si vous êtes dans le doute, vous devez le préciser à votre médecin afin qu’il puisse décider de manière avisée des suites à donner à votre cas. Si l’examen est justifié, certaines précautions seront prises et on vous fera porter une protection sur la poitrine et l’abdomen.

Les risques et les précautions à prendre. Les limites de la radiographie dentaire

Les informations fournies par la radiographie conventionnelle sont limitées à des images en 2D. Par ailleurs, la définition du panoramique dentaire est moins bonne que celle du cliché rétro-alvéolaire et il présente souvent des imperfections liés à l’étalement de l’image sur la surface plane du film. De fait, pour des interventions chirurgicales importantes nécessitant un paramétrage plus précis comme la pose d’implants, l’extraction d’une dent incluse ou d’un kyste, les praticiens ont souvent recours au scanner ou au  cone beam.

Technique NobelGuide™

Présentation de la technique « de belles dents immédiatement » .

Grâce aux progrès de l’imagerie médicale et de l’informatique (scanner et modélisation en 3 dimensions), une solution innovante apportant confort et simplicité pour le patient est désormais parfaitement mise au point : la technique « Nobel Guide® » de Nobel Biocare® .

L’emplacement des implants est choisi et optimisé sur ordinateur. Un guide chirurgical est alors fabriqué en Suède; il permet de positionner les implants avec précision aux emplacements prédéterminés.

Les intérêts par rapport à la technique de pose d’implants sans le «NobelGuide®» sont les suivants :

• 1- Il n’est plus besoin d’inciser et de décoller la gencive pour poser les implants ce qui réduit considérablement le temps de l’intervention et les suites opératoires (Œdème et douleurs).

• 2- Une prothèse fixée de 8 à 10 dents, provisoire et esthétique, préparée au laboratoire, est posée immédiatement après la chirurgie (plus de prothèse adjointe complète transitoire qui est amovible).

C’est le concept «Beautifull-teeth-now®» en français : « de belles dents immédiatement ».

Ainsi, le patient quitte le centre le jour de l’intervention avec des dents esthétiques et fonctionnelles puisqu’il n’y a plus d’attente de cicatrisation.

Documentation scientifique :

• Technique NobelGuide™

Déroulement de la procédure

 1- Lors de la première consultation, nous étudions votre cas d’après l’examen clinique et celui de vos radiographies. Nous vous proposerons cette méthode dans plusieurs cas :

• Remplacement de toutes les dents d’une arcade et pose de dents immédiates

• Implants particulièrement difficiles à placer en cas de faible hauteur osseuse (ce qui peut souvent éviter des greffes osseuses)

• Problèmes de certaines pathologies (diabète, cardiologique …) où il est souhaitable d’avoir le moins possible d’acte invasif et d’éviter des complications infectieuses (du fait que la gencive est à peine ouverte)

2- Une fois ce traitement proposé, la prochaine séance consistera à fabriquer un guide radiologique | spécial qui servira à passer le scanner (qui peut ressembler à une véritable prothèse amovible et au prothésiste qui le transformera en prothèse provisoire qui viendra se fixer sur les implants.

2

3- Vous passez votre scanner avec ce guide en bouche qui devra être parfaitement placé grâce à un « mordu»  qui guidera la position de vos dents. Puis un scanner du guide radiologique seul sera effectué.

4- Le scanner vous est remis sous forme de CD. Vous nous le transmettez et grâce à un logiciel très spécifique, votre mâchoire est reconstituée en 3 dimensions. Nous l’analysons et posons virtuellement les implants dans les meilleures positions possibles. Ceci permet de chercher les zones les mieux ossifiées et d’éviter par conséquent d’éventuelles greffes osseuses. Votre guide radiologique est même recréé en 3 dimensions.

La planification du traitement terminée, le logiciel élabore virtuellement un guide chirurgical. Nous transmettons par Internet les données numériques en Suède et le guide chirurgical est fabriqué par un procédé très pointu (laser avec polymérisation dans des bains spéciaux).

3 4 5

5- A la réception du guide chirurgical dans notre centre, nous l’envoyons avec le guide radiologique immédiatement à notre prothésiste dentaire. Celui-ci va modifier le guide radiologique en le taillant et en adaptant les connections avec les implants (position définie par le guide chirurgical). Il crée ainsi la prothèse provisoire qui va être immédiatement fixée à vos implants.

6- Le jour de l’intervention, ce guide chirurgical sera positionné dans votre bouche. Il guidera parfaitement les implants et il n’y a plus besoin d’ouvrir la gencive (donc pas de saignement, pas d’œdème, pas de fils de suture et donc douleur minimisée).

 7- Après contrôle radiologique, la prothèse provisoire est laissée environ 6 mois, le temps que les implants soient parfaitement ostéointégrés. Puis la prothèse définitive sera réalisée. Celle-ci se différencie par une armature en titane pour plus de rigidité et un nombre supérieur de dents.